Très vite, l'homme s'est demandé comment conserver ses aliments. Il s'est rendu compte que l'hiver ses cueillettes et sa chasse se conservaient plus longtemps qu'en été. C'est ainsi qu'il comprit que le froid permettait de ralentir l'état de dégradation des aliments.

Dans les pays froids, on creuse pour enfouir les aliments dans la neige. On creuse également des réservoirs pour conserver la glace le plus longtemps possible.

l'âge de glace

Au moyen âge, on conservait les aliments dans les caves des châteaux.

Avant le milieu du XIXe siècle, l'utilisation humaine du froid se fait par l'exploitation de la glace naturelle.

Dès l'Antiquité, la glace et la neige sont utilisées pour parfois conserver des viandes autrement que par la salaison, le fumage ou la saumure mais aussi, et déjà, pour déguster des mets glacés.

Au XVIe siècle, le commerce de la glace prend un grand essor. Un peu pour la conservation momentanée de certains produits alimentaires mais surtout pour la dégustation de glaces et sorbets parfumés. Dégustation réservée aux plus riches, car la glace est alors un produit de luxe. 

La glace des étangs et cours d'eau était collectée pendant l'hiver et entreposée dans des édifices spécialement conçus qui sont appelés glacières. Elles utilisent le principe du thermos. Une glacière a une ouverture le plus souvent située au ras du sol et orientée au nord. Un tunnel descendant en pente douce mène à la réserve de glace proprement dite, un puits de forme circulaire assez profond. Elle est hermétiquement close et relativement bien protégée des variations thermiques. On y vient avec précaution prélever ce qui est nécessaire. 

La glace des glaciers a été, également, longtemps exploitée comme matière première. Après l'arrivée des chemins de fer, l'industrie de la glace s'est développée pour approvisionner une bonne partie de l'Europe. Vers la fin des années 1880, partaient chaque jour du Col de la Forclaz 10 à 15 gros chariots transportant par la route jusqu'à Martigny entre 20'000 à 30'000 kilos de gros blocs de glace. Un train par semaine rejoignait les grandes villes françaises de Paris, Lyon et Marseille.

l'industrie de la glace

A la fin du 19° siècle, l'invention de machines pour la production artificielle de la glace provoquera la faillite de cette activité industrielle et la fin de l'exploitation de la glace naturelle.

Pour produire de la glace, il faut obtenir du froid. Mais on ne fabrique pas vraiment du froid : en fait, on retire de la chaleur. Ainsi, le principe d'une machine de réfrigération est de prendre de la chaleur à l'endroit où l'on veut créer du froid, de transporter cette chaleur à l'extérieur et de la rejeter.

En 1756, William Cullen donna la première démonstration publique d’un processus artificiel de refroidissement. Cullen utilisait une pompe afin de créer un vide dans un contenant rempli d’éther. En retirant de la chaleur de son environnement, il commença à bouillir. Cela mena à la formation d’une petite quantité de glace. Mais ce processus ne connut pas d’application commerciale. Pas à pas, la technique de refroidissement évolua mais il est resté longtemps au niveau des expérimentations individuelles.

C’est seulement en 1869 que Charles Tellier développa la première installation pouvant servir à conserver les aliments. Vers les années 1920, une machine à absorber le froid est inventée en Suède. Cela est une grande avancée technologique. En 1922, un modèle (composé d’une boite en bois, d’un compresseur refroidi à l’eau et d’une feuille pour conserver la glace) est lancé sur le marché. Le frigo est vendu pour la somme vertigineuse de 714 dollars. Par comparaison, une Ford Model T coutait à ce moment là 450 dollars.

monitor top, general electric

Le premier réfrigérateur qui fut largement répandu était le « Monitor-Top », développé par General Electric. Environ un million d’exemplaires ont été produit, surtout pour les besoins de l’industrie. Il faut tout de même attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale avant de voir une production de masse de frigo pour les particuliers ; cela grâce à l’introduction de fréon comme gaz de refroidissement.

Dans les années 50 et 60, la technique se perfectionne. Entre autre, le dégivrage automatique est mis au point.

Ressources : sites http://froid.bosserville.free.fr/histoire.htm et http://iifiir.org/userfiles/file/webfiles/in-depth_files/History_refrigeration_Duminil_FR.pdf